Dans un billet précédent, j’abordais ma relation face au contrôle. Contrôle sur moi, les autres et les événements de la vie. Comment ai-je mis le contrôle à la porte (presque tout le temps)? Tout a commencé grâce à Pareto. Ou plutôt grâce à son principe mieux connu sous le nom de “loi du 80/20″ et que j’ai surnommé “juste assez” (ou good enough en anglais). Ce principe stipule qu’environ 80% des effets sont le produit de 20% des causes.

Prenons un exemple simple: vous avez 60 minutes pour effectuer le ménage de votre cuisine. En 12 minutes, soit 20% du temps alloué, vous aurez sûrement nettoyé et rangé de façon à ce que la pièce soit fonctionnelle à 80%. Les surfaces auront été lavées rapidement, la vaisselle sale rassemblée dans le lave-vaisselle et une ou deux casseroles auront été lavées pour dégager l’évier. Ainsi, en 12 minutes, votre cuisine pourrait être suffisamment propre pour que vous puissiez y préparer un autre repas. Les 48 autres minutes supplémentaires (soit 80% de votre temps) pourraient être consacrées à enlever les taches des armoires et à lustrer le plancher, mais cela vous permettrait-il de mieux cuisiner? Le principe de Pareto permet donc de revenir à l’essentiel: cuisiner, dans ce cas-ci. Pas que la cuisine soit si belle et propre pour qu’elle puisse paraître dans un magazine de décoration intérieure!

Le principe de Pareto s’applique partout. Que ce soit dans l’entretien de votre pelouse ou de votre investissement auprès de votre famille ou au boulot, Pareto remet les choses en perspective. Qu’a-t-on à gagner à enlever 100% des mauvaises herbes de son gazon, de sa plate-bande de fleurs ou du jardin? Si vous y tenez (moi, j’aime bien ces plantes mal-aimées qui sont pour la plupart des plantes médicinales), limitez-vous à arracher les 20% des plantes qui sont responsables de 80% de la nuisance présumée. Vous gagnerez ainsi beaucoup de temps et d’énergie à consacrer à autre chose. Idem pour les interactions avec les proches ou les collègues. Choisissez vos batailles: quels sont les dossiers qui ont les répercussions les plus considérables à votre avis? Je parie qu’ils ne représentent que 20% du total.

En tentant d’être partout et derrière chacun d’eux 100% du temps, vous gaspillez des quantités incroyables d’énergie. Vous voulez que vos enfants soient prêts à temps le matin? Choisissez les 20% de tâches qui leur permettent d’être prêts à 80%. Bien agencer leurs vêtements ou enlever une tâche sur un vêtement requiert beaucoup de temps et d’énergie. Même si vous aimez voir vos enfants beaux comme des images en quittant la maison, l’important, c’est qu’ils soient habillés adéquatement en fonction de la température et qu’ils aient en main ce qu’il leur faut pour la journée. De votre côté, vous aurez gagné en bonus du temps pour effectuer les 20% de toilette personnelle qui vous donneront un look à 80% correct. Vous conviendrez que tout le monde gagne au change grâce à Pareto: vos enfants seront moins stressés et pressés, et vous aurez quand même les cheveux démêlés et les dents bien propres.

Le même principe s’applique au bureau. Pendant toute une semaine, tentez de choisir soigneusement les 20% des dossiers qui vous permettent d’atteindre 80% de vos objectifs. Consacrez-y la majorité de votre temps, en oubliant les 80% des dossiers moins significatifs. Qu’observerez-vous, à votre avis, au niveau de votre performance au travail et de votre énergie de retour à la maison?

Vous voyez maintenant comment le principe de Pareto peut nous aider à nous libérer du perfectionnisme et des attentes souvent irréalistes. Encore aujourd’hui, en rédigeant ce billet, mon ami Pareto me souffle à l’oreille “mais dis donc, Geneviève, ne fais-tu pas du zèle, là? Tu as déjà atteint 80% des résultats escomptés en un minimum de temps et d’effort. Pourquoi vouloir atteindre la perfection? N’as-tu pas mieux à faire avec les 80% de temps que tu économiserais si tu te satisfaisais de ce que tu as déjà obtenu avec le 20% déjà investi?” Mon ami Pareto m’a aussi amenée à rester concentrée sur ce qui compte vraiment. En effet, pour bien utiliser le principe de Pareto, nous devons identifier quels sont les résultats que l’on souhaite obtenir. N’est-il pas souhaitable que 20% de notre temps servent à réaliser 80% de nos aspirations profondes, afin que les 80% de temps restant puisse servir à en profiter pleinement?

Ainsi, chaque jour, je fais des choix pour consacrer juste ce qu’il faut d’énergie pour manifester au maximum mes rêves, espoirs et joies. Certains choix sont plus drastiques que d’autres. C’est ainsi que j’ai quitté un emploi permanent, intéressant et bien rémunéré pour me consacrer à fond à Bonheur en vrac et à ma jeune famille. Ainsi, 20% des activités auxquelles je me consacre maintenant comptent pour 80% de ma satisfaction profonde. Auparavant, mon emploi requérait beaucoup de mon temps et énergie pour ne m’offrir que bien peu en retour. Avec le recul, mon choix de vie actuel semble évident, mais sans Pareto pour me lancer vers cette prise de conscience, j’aurais tardé à faire le saut.

Mais pour revenir à nos moutons, quel est le lien entre Pareto et le contrôle me direz-vous? Le contrôle s’exerce souvent dans le but de maîtriser les éléments extérieurs sur lesquels nous n’avons pas vraiment d’emprise. On vit alors dans la contrainte de soi et des autres et la peur que les choses ne se déroulent pas selon nos plans ou nos attentes. En mettant toujours l’essentiel à l’avant-plan, le principe de Pareto nous permet de prendre plus facilement conscience de nos comportements liés au contrôle et au perfectionnisme. Rapidement, il devient évident que tenter de tout contrôler ne nous aide pas du tout à être vraiment bien et heureux. En bref, Pareto nous fait reculer le nez de l’arbre sur lequel nous nous étions collés pour nous permettre une vue d’ensemble de la forêt qu’est notre vie sur Terre. Les choix sont plus aisés et la vie, tellement plus agréable et remplie.

Pareto deviendra-t-il aussi votre ami? Donnez-moi en des nouvelles!

Co-fondatrice de Bonheur en vrac, Geneviève assure la présidence de l’entreprise et les relations avec les clients-entrepreneurs. Bien que formée en ingénierie, le chemin de Geneviève a bifurqué rapidement de la voie classique. Motivée par sa profonde passion pour le développement du potentiel humain, elle a réorienté sa carrière vers le coaching professionnel. Au départ, elle a exercé comme coach auprès d’étudiants universitaires en difficulté avant de démarrer sa pratique privée de coaching. Ainsi, au cours des dix dernières années, elle a accompagné des centaines de personnes à atteindre plus rapidement et plus efficacement leurs objectifs, en misant sur la simplification et la reprise de leur pouvoir personnel. Elle accompagne maintenant exclusivement des chefs de microentreprise à l’atteinte de la rentabilité et du succès.

1 Commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?